Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 16:46
0509life1457v.jpgNous sommes très heureux de vous annoncer (avec un an d'avance !) la création du Mot Progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec le 16 mai 2009 au Théâtre de Bligny, à l'issue d'une résidence de création de trois semaines. Un immense merci à François Chaffin et à l'équipe de ce lieu formidable qui développe une incomparable politique de création et de soutien aux compagnies. Nous vous tiendrons informés des actions de sensibilisation qui seront mises en place autour de la création, et bien sûr des autres dates où nous jouerons ce spectacle.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 16:43

pamlaravassard6.bmpCodirectrice de la Paradoxe(s), Paméla Ravassard jouera la saison prochaine dans Le Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec.

Après le Conservatoire d’Art Dramatique de Franche-Comté, Pamela Ravassard débute sa carrière de comédienne à Besançon. Elle joue Marivaux, Camus, plusieurs créations jeune public et enseigne la pratique du théâtre à des enfants et à des adolescents. Elle entre ensuite au conservatoire du 14e arrondissement et au Cours Florent où elle intègre la Classe Libre en 2004.

Elle joue dans Le Roucoulement des hommes (mise en scène Sara Llorca), Le Chant du tournesol d’Irina Dalle (mise en scène Cécile Arthus et Mélanie Quillacq), Eves (mise en scène Chloé Ponce-Voiron), Nain et La Jeune fille Violaine (mise en scène Assane Timbo). Avec la Compagnie de quat’sous, elle participe depuis 2005 à de nombreuses lectures publiques, et, en 2007, elle interprète Donna Aspasia au théâtre Mouffetard dans La Guerre de Goldoni, mise en scène d'Henri Dalem. Au cinéma, on pourra la voir prochainement dans Enragé de Lionel Fouquet et dans le prochain film d’Yvon Marciano.

Après avoir mis en scène Le Jeu du Pendu de Pierre–Michel Tremblay en 2005, elle devient l’assistante de Marcel Bozonnet pour Tartuffe à la Comédie Française. En 2007, elle signe avec Barbara Lamballais, la mise en scène de Lueurs d’étoiles d’Irina Dalle, et elle assiste Jean-Pierre Garnier sur Roberto Zucco de Koltès.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 16:42

sbastienlibessart.bmpSébastien Libessart a été formé à l'école Florent puis à l'ENSATT, où il travaille notamment avec Nada Strancar, Alain Knapp et Sergeï Issaev (directeur du GITIS) dont il tire sa pédagogie. Il rejoint l'école Florent comme professeur pendant cinq ans et participe à la création de l'école "Le Cours".

Au théâtre il est mis en scène par Henri Dalem dans La Guerre de Goldoni au Théâtre Mouffetard, Laurent Frechuret dans Rouge Noir et Ignorant d"Edward Bond, Marc Ange Sanz dans Enfer et Damnation de Peter Turrini, Serge Catanèse dans Mère Courage de Berthold Brecht et Olivier Mellor dans Glengarry Glenn Ross de David Mamet. Il tourne pour le cinéma et la télévision avec Roger Planchon, Eric Barbier, Raoul Ruiz, Douglas et Law, Philippe Bérenger. Il a écrit plusieurs scénarios dont un en cours de production, Une journée à zapper, et adapte le roman de Serge Brussolo Conan Lord. Il a déjà mis en scène un « two men show » et deux comédies musicales, Tobit et Quarantaine.

Avec Paradoxe(s), il jouera bientôt dans Le Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec.

Partager cet article

Repost0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 16:40

garlanlemartelot.jpgGarlan Le Martelot jouera sous la direction d’Henri Dalem dans Le Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec.

Formé au Cours Florent, notamment dans le cadre de la Classe Libre, il suit les cours de Jean-Pierre Garnier, Loïc Corbery, Paul Desvaux, Elise Arpentinier et Maxime Pecheteau. Au théâtre, il a joué en 2007 au Théâtre de La Tempête dans Chemin du ciel (Himmelweg) de Juan Mayorga mis en scène par Jorge Lavelli. En 2006, il a joué au Bouffon Théâtre dans Fallait rester chez vous tête de noeuds de Rodrigo Garcia mis en scène par Delphine Piard. A partir de mai 2008, il jouera à la Comédie Française dans Figaro divorce d’Odon von Orvath mis en scène par Jacques Lassalle. Au cinéma, il fait ses débuts sous la direction de Jean-Paul Rouve dans Sans arme, ni haine, ni violence (sortie en avril 2008). Pour la télévision, il tourne entre autre devant la caméra de D. Berry, P. Dallet, D. Janneau et S. Marelli...

Partager cet article

Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 16:38
ccile.bmpCécile Greinhofer, qui a déjà travaillé avec Henri Dalem en 2005 pour les Contes italiens de Calvino, jouera bientôt avec Paradoxe(s) dans Le Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec (cliquez ici pour en savoir plus). Elle a été élève au Cours Florent dans les classes de Charlotte Brancourt,Georges Bécot et Véronique Vella. Elle a ensuite tourné dans des publicités ainsi que dans des courts- métrages. Au théâtre, elle a joué dans Eves, création de Chloé Ponce Voiron, et au festival d'Avignon dans Lueurs d'étoiles d'Irina Dalle, mise en scène par Barbara Lamballais et Paméla Ravassard.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 16:35

decompte.gifDepuis notre rencontre au Cours Florent, Paméla Ravassard et moi avons travaillé ensemble à cinq reprises. Nous avons certes parfois des différends artistiques, mais ils nous stimulent bien plus qu'ils ne nous freinent. A l'automne dernier, nous avons donc commencé à réfléchir à l'opportunité de fonder notre propre structure.


Première question : quel projet ?
Paméla connaît très bien les écritures contemporaines. Quant à moi, j'ai davantage monté des textes plus anciens, mais en m'efforçant toujours de les penser ici et maintenant. C'est sur ce point que nous nous retrouvons : notre théâtre est ici et maintenant. Nous portons une attention particulière au répertoire d'aujourd'hui, mais nous ne nous interdisons pas d'aller puiser dans les oeuvres d'hier quand nous sentons qu'elles peuvent résonner de toute leur force ici et maintenant. C'est dans l'expression de la mise en scène, du jeu et de la représentation comme arts contemporains que nous plaçons notre recherche, notre singularité et notre ambition.
Seconde question : où ça ? pour quoi faire ? et avec qui ?
Depuis 2002 je dirige à Paris la Compagnie de quat'sous. J'ai donc pu mesurer à quel point la surpopulation des troupes y est problématique. En 2006, lors de la production de La Guerre, la comédie de Goldoni que j'ai montée au Théâtre Mouffetard, j'ai souffert d'un manque de contact avec le public. A Paris, il est très difficile d'organiser des actions avec les gens pour lesquels on joue. Une compagnie ne peut pas développer un travail de fond sur un territoire, ni en amont ni en aval des représentations. Ce rapport avec le public me semble pourtant vital à deux titres : nourrir la conscience créative des artistes et former le public. Nous pensons que les formes artistiques les plus innovantes doivent aller à la rencontre du plus grand nombre. Notre idéal est celui d'un théâtre élitiste pour tous, c'est-à-dire réellement populaire et non pas populiste. Nous voulons nous implanter dans un territoire où confronter notre créativité à une population, où voir si nous savons faire vibrer avec du théâtre contemporain ceux qui n'y ont jamais ou presque jamais accès. Il n'est pas pour autant question de cantonner notre action à un théâtre missionnaire. Nous voulons diffuser nos créations le plus largement possible en France et au-delà. Mais nous pensons qu'un ancrage dans un territoire ne peut qu'être bénéfique pour un plus grand dessein. Le projet dramatique que nous ébauchions pour notre compagnie nous conduisait donc vers une implantation en région. Or Paméla et moi avons tous deux des attaches en Franche-Comté, Paméla dans le Jura et moi dans le Doubs. Nous avons donc envoyé des courriers aux responsables des collectivités et des principaux lieux de création francs-comtois pour leur demander rendez-vous. Il nous semblait primordial de bien appréhender le maillage théâtral existant, et éventuellement les besoins, avant d'aller plus loin.
Au prochain épisode, nous vous raconterons nos premières rencontres avec nos futurs interlocuteurs francs-comtois. A suivre, donc.

Henri Dalem

Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 16:33
Adrien Melin Adrien Melin jouera dans le prochain spectacle de Paradoxe(s) mis en scène par Henri Dalem : Le Mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec (cliquez ici pour en savoir plus). Après avoir été élève au Cours Florent en 2003, il intègre le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (promotion 2007) où il reçoit les enseignements de Andrzej Seweryn, Dominique Valadié, Nada Strancar et Cécile Garcia Fogel. En troisième année, il travaille notamment avec Tilly, Christophe Rauck, Mario Gonzalès et Marcial Di Fonzo Bo. En 2006, il a joue dans Le Silence et le Mensonge de Nathalie Sarraute mis en scène par Gabriel Dufay et plus récemment dans Trois Récits de Jean-Luc Lagarce, mis en scène par Jean-Charles Mouveaux, 325 000 Francs de Roger Vailland, mis en scène par Catherine Gandois et Roméo et Juliette, adapté et mis en scène par Denis Llorca.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 16:30
Courrez applaudir No way, Veronica de Llamas, le 14 mars au Théâtre de Chelles dans la mise en scène de Jean Boillot ! J'ai assisté à la création l'an dernier à l'Auditorium Saint-Germain, et j'en garde un souvenir émerveillé. Trois comédiens/musiciens exceptionnels s'emparent de l'histoire délirante de chercheurs aux prises avec une fille un peu collante, sous l'Antarctique. Entre un texte au bord de la crise de nerfs et des bruitages virtuoses, ce spectacle remarquable de précision et de maîtrise est un modèle de travail sur le rythme et le son ! Mention spéciale pour Katia Lewkowicz.


Extraits de Centre Presse - 27 décembre 2007 (représentations au Théâtre-Scène Nationale de Poitiers) :

"Oui, avec No way, Veronica ou Nos gars ont la pêche, le metteur en scène Jean Boillot nous a offert un plaisir tellement intense qu'il en était jubilatoire. Et quel plaisir également d'entendre une salle comble rire aux éclats, un public pourtant très hétérogène [...]., certains mêmes, revenus d'une soirée sur l'autre. [...]
Avec un souci de perfection dans les gestes, les voix et les sons qui prennent ici toute leur valeur. [...]
Des bruitages et musique si soignés qu'on visualise sans souci le contexte. Une grosse production cinématographique faite de tout petits riens : juste le grand talent des comédiens-musiciens ! »
Pour en savoir plus, cliquez ici.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 16:26

La dernière pièce de Matéi Visniec sera le premier projet Paradoxe(s), mise en scène par Henri Dalem, avec Cécile Greinhofer, Paméla Ravassard, Garlan Le Martelot, Sébastien Libessart et Laurent Labruyère.

Nous sommes en discussion avec différents lieux pour produire, répéter et jouer ce spectacle dont le dossier complet sera bientôt disponible sur ce blog.

La pièce traite du retour dans leur village de parents dont le fils est mort, tué durant la guerre civile d'indépendance, sans doute dans les Balkans. Le corps est introuvable, et le fantôme du fils revient aider ses parents à lui donner une tombe. Au delà de cet argument sinistre - mais en prise avec l'actualité de la recomposition de l'Europe de l'Est - la pièce de Visniec est beaucoup moins sombre qu'il y parait. Vivre sur une terre d'où sortent les morts laissés par plusieurs siècles de conflits européens et méditerranéens occasionne des situation ubuesques dont nous espérons bien tirer ce comique affreusement drôle qui nous préoccupe tant.

Extrait de la note d'intention d'Henri Dalem :

« Rares sont les auteurs d’aujourd’hui qui osent s’emparer des drames d’aujourd’hui. Parler du monde. Rapporter.
Matéi Visniec fait parti de ceux-là. La guerre en général ne l’intéresse pas : il parle de la guerre en ex-Yougoslavie. C’est par le particulier qu’il touche l’universel. Il nous montre des gens vivre sur un charnier à deux heures d’avion de Paris. Pour autant, sa poésie n’est pas réaliste ou son théâtre documentaire. L’émotion ne passe jamais par une peinture complaisante de la souffrance. Au contraire, le choix de dénoncer l’horreur par le rire est au cœur d’une écriture qui ne transige pas. Ce théâtre est dangereux, politiquement incorrect, Il refuse le nivellement des valeurs. Il ne s’agit pourtant pas d’un théâtre didactique : Visniec a trop tâté du totalitarisme pour cela. Son ambition est avant tout de montrer les hommes comme ils sont. Cette pièce est l’histoire d’un rapport avec la terre. Avant de tout reconstruire, il faut que cette terre livre ses cadavres. Toute la scénographie sera donc fondée sur la terre, et sur le brouillage des frontières : dans la pièce de Visniec, les morts reviennent voir les vivants. Non pas pour les hanter, car ils ne font pas peser la faute du conflit sur ceux qui sont restés. Ils reviennent seulement pour trouver une sépulture. Comment interpréter les morts de cette guerre ? Pourquoi semblent-il moins morts que les vivants ?
Je ne compte pas demander à des comédiens de jouer avec naturalisme des parents dont le fils est mort à la guerre. Pour que les comédiens de la troupe s’emparent de personnages qui les dépassent autant, il valait mieux pousser la distance le plus loin possible et les forcer à composer leur interprétation. Les trois vieux (les parents et leur voisine) c'est-à-dire les trois personnages qui pleurent un disparu, porteront donc des masques. Ce texte répond aux deux impératifs qui fondent le travail de Paradoxe(s) : parler à la fois de nous - de quel autre matériau disposons-nous ? - et parler du monde qui nous entoure - sinon pourquoi monter sur scène ? Nous dévoiler tout en nous emparant d’une question, c’est alors que peuvent naître un regard, une poétique, une théâtralité. »

Henri Dalem

Partager cet article

Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 16:21

Henri DalemHenri Dalem est comédien et metteur en scène. Après des études en khâgne au Lycée Henri IV, il suit une double formation à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris III et au Cours Florent, où il passe par les classes de S. Libessart, X. Florent & V. Vella (de la Comédie Française). Il a également assisté pendant un an aux cours de Daniel Mesguich au CNSAD.

Il fonde la Compagnie de quat’sous à 22 ans, en 2002, et signe toutes les mises en scène de la troupe : Le Campiello de Goldoni (2003), L’Oiseau vert de Gozzi (2004), Les Contes italiens de Calvino (2005), La Guerre de Goldoni (2006-2007). Depuis 2008, il codirige également la compagnie Paradoxe(s) avec Paméla Ravassard. Très attaché à la littérature et au travail de la voix, il sillone la France pour donner des lectures théâtralisées (textes de Verne, Buzzati, Goldoni, Ronsard…).

Passionné de musique, il a suivi un stage auprès de Mireille Larroche à la Péniche Opéra. Il met en scène son premier opéra en 2005 avec Le Devin du village de Rousseau. Il collabore avec le compositeur Benjamin Hamon & la compagnie Pocket Lyrique pour Le Terrain vague.Il prépare actuellement la recréation française du Huron, un opéra-comique oublié de Grétry et Marmontel adapté de L’Ingénu de Voltaire.

Partager cet article

Repost0

Actualité

Prochaines représentations de Femmes de fermes les 4 et 5 novembre 2016 en Aveyron (toutes les dates dans le calendrier).

Recherche

Qu'est-ce que Paradoxe(s)

Bienvenue sur blog de Paradoxe(s), la compagnie dramatique fondée et dirigée par Paméla Ravassard et Henri Dalem. Notre compagnie, qui s'est fixée pour but l'exploration du répertoire contemporain, est soutenue par la Région Franche-Comté et le Département du Doubs.

RSS

Cliquez sur le logo pour vous abonner au flux RSS de Paradoxe(s) et recevoir de nos nouvelles à la publication de chaque nouveau billet.