Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 09:47
A quelques jours de la reprise du Mot "progrès"... à Champs-sur-Marne, nous tenions à adresser sur ce blog des chaleureux remerciements à nos mécènes.

En effet, malgré l'engagement des collectivités locales  - soutien de la Région Franche-Comté et du Département du Doubs, et résidence dans la Commune de Charmoille (25) - mener à bien les projets d'une jeune compagnie travaillant sur le répertoire contemporain ne serait pas possible sans le renfort de mécènes.

Les entreprises et les particuliers qui ont décidé de croire en notre travail, et qui ont manifesté leur confiance par des dons en espèce ou en nature, ont noué avec nous un lien particulier : ces spectateurs sont un peu des acteurs à nos côtés.

De tout coeur, merci à eux.

Pour en savoir plus sur l'aide que vous pouvez nous apporter, cliquez ici.

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 16:14
C'est la rentrée pour les artistes de Paradoxe(s), pour qui les répétitions vont très bientôt reprendre. En effet, le 6 octobre prochain à 20h45, nous donnons au Théâtre Jacques Brel de Champs-sur-Marne une reprise de notre production du Mot "progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec dans la mise en scène d'Henri Dalem. Nous vous rappellerons évidemment cette représentation grâce à ce site et à notre liste de diffusion.

Mais en attendant, vous pouvez préparer votre venue à Champs-sur-Marne grâce aux document que nous mettons en ligne dès aujourd'hui, c'est-à-dire les itinéraires les plus rapides pour s'y rendre depuis Paris en voiture ou en RER.

La Ville de Champs-sur-Marne est partenaire de Paradoxe(s) sur ce spectacle. Des répétitions ont déjà eu lieu dans le théâtre en mars dernier. Par ailleurs, une répétition publique sera ouverte aux élèves des établissements scolaires de la commune jeudi 1er octobre (se renseigner auprès du Service culturel de la Mairie)

A noter : la répétitions générale du 5 octobre à 15h sera ouverte aux professionnels qui souhaitent découvrir le spectacle sans pouvoir se rendre à la représentation du mardi 6.

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 14:35

Lors de la rencontre avec les spectateurs qui a suivi la création du Mot « progrès »…au Théâtre de Bligny, l’usage des masques dans le spectacle a suscité de nombreuses réactions. Je profite donc du blog de la compagnie pour jeter sur le papier quelques réflexions à ce sujet.

 

Le masque ne provient ici ni d’une suggestion de l’auteur, ni d’une volonté du metteur en scène d’explorer de type de jeu – nos masques ne font d’ailleurs référence à aucune tradition en particulier. Le masque ne s’est pas imposé directement, mais à la suite de réflexions provoquées elles-mêmes pas la fréquentation du texte en répétitions.

 

La première était que dans cette pièce, les morts ont finalement moins de problèmes que les vivants (l’intrigue est centrée sur la recherche du corps du fils mort par ses propres parents). Pour les morts, fini les soucis. Les vivants, au contraire, doivent faire face aux nombreux problèmes de la vie qui continue : la recherche des cadavres, le deuil, la reconstruction, le couple, l’âge… Il fallait donc trouver un moyen fort pour souligner ce déséquilibre. Dans ce sens, masquer les personnages qui avaient perdu un proche (la mère, le père et Mirka) pouvait avoir un sens.

 

Le second point est plus important encore : je ne pense pas qu’il soit bon de demander à des comédiens de faire un travail naturaliste sur la souffrance que peuvent éprouver un homme et une femme qui recherchent le cadavre de leur fils exécuté. Je ne pense pas, tout d’abord, que les artistes de ma génération comme ceux qui composent Paradoxe(s) puissent avoir une idée concrète de cette souffrance. Et je ne pense pas, ensuite, que les artistes doivent nécessairement s’infliger, par un travail sur leurs propres émotions, les souffrances éprouvées par les personnages qu’ils interprètent. Je pense au contraire que l’art du comédien est de se faire autre que soi-même en utilisant tous les outils mis à sa disposition par le théâtre.

 

J’ai donc imaginé qu’on pouvait demander aux interprètes des trois rôles masqués de construire tous les signes de l’état de souffrance extrême de ces personnages. Le masque n’est donc ici que le signe le plus visible d’une approche plus vaste du comédien, auquel j’ai demandé de se contruire entièrement autre que lui-même (age, corps, voix, visage…). Il s’agit d’une approche qui va donc de l’extérieur, du signe, vers l’intérieur, l’émotion.

 

Dans ce sens, je me suis vite aperçu qu’il valait mieux partir d’une page blanche, c'est-à-dire distribuer dans les rôles masqués trois artistes qui aient le moins de points communs possibles avec les rôles qui devraient interpréter, quitte à aller jusqu’à inverser les sexes pour deux d’entre eux. C’est pourquoi la mère est jouée par Laurent Labruyère, le père par Paméla Ravassard, et Mirka par Cécile Greinhofer.

 

Paradoxalement, c’est l’état de fragilité dans lequel se mettent ainsi les comédiens, du fait des contraintes de jeu auxquelles ils font face (costume qui les métamorphose, important travail de contrefaçon du corps, masque, modification de la voix par le truchement de micros dans les masques mêmes…), qui les transforme, pour le public, en puissants vecteur d’émotion.

Henri Dalem, metteur en scène

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 15:08
Paradoxe(s) recommande de courrir en Avignon applaudir Bergman, de Jean-François Prévand, monté au Pulsion Théâtre par Raphaël Grillo et la Compagnie "Pour Hécube".

Cliquez ici pour accéder à la page du spectacle sur le site du Pulsion Théâtre. 

Pillier de la distribution de cette montage de scènes tirées de l'oeuvre du grand cinéaste suédois disparu il y a deux ans, Sébastien Libessart joue avec Paradoxe(s) dans Le Mot "progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux.

Quant au metteur en scène Raphaël Grillo, qui a souvent joué sous la direction d'Henri Dalem avec le Compagnie de quat'sous, il figure également dans la distribution du Mot "progrès"... puisqu'il interprète le rôle du travesti dans la partie vidéo du spectacle.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 11:43

C'est un peu tard - il ne reste plus que trois dates pour aller les applaudir - mais on tenait à dire combien on avait aimé Europeana de Patrick Ourednik, mis en scène par Myriam Marzouki à la Maison de la Poésie.

La pièce est un parcours dans l'histoire européenne du XXe siècle, une énumération de faits dans le désordre. Traité avec un grand formalisme par les trois formidables comédiennes, sans jamais "jouer" les faits dont il est question, le texte prend toute son envergure, et se déploie comme une peinture tout en tension du bruit et de la fureur du siècle dernier.

Ce théâtre historique et politique rejoint par bien des aspects les préoccupation des artistes de Paradoxe(s) dans notre dernier spectacle, Le Mot "progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement fauxde Visniec, et nous a donc encore plus profondément touché.

Cliquez sur l'affiche pour en savoir plus.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 15:56
Comme nous l'avions annoncé dans un message écrit il y quelques semaines, les difficultés rencontrées avec notre précédent hégergeur nous forcent aujourd'hui à déménager le blog de notre compagnie !

Nous espérons que ce nouveau site vous plaira encore plus que le précédent !

Dans les semaines qui viennent, nous allons transférer petit à petit des données contenues sur notre ancien site, qui demeurera ouvert d'ici là. Vous pouvez donc toujours le consulter à l'adresse suivante : http://paradoxes.unblog.fr/.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 16:13
Nous avons eu le plaisir d'apprendre que le Prix Godot des lycéens a été remis mardi 26 mai 2009 à Matéi Visniec par Michel Azama, en présence des 289 élèves de l'Académie de Caen qui ont distingué Le Mot "progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux" parmi les 6 pièces sélectionnées.

Paradoxe(s)
, qui vient de créer cette pièce et qui a pu la travailler avec des élèves de seconde du Lycée Marcel Pagnol d'Athis-Mons, a pu mesurer combien l'écriture de Visniec, à la fois simple et poétique, touche les lycéens. Nous sommes d'ailleurs à la disposition des enseignants, en Franche-Comté et ailleurs, qui souhaiteraient travailler avec nous ou simplement en savoir plus sur le spectacle.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Prix Godot des lycéens.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 16:12

logolmp2.jpgVoici en ligne le dossier de diffusion du spectacle créé le 16 mai dernier par Paradoxe (s), Le Mot " progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Matéi Visniec mis en scène par Henri Dalem. Professionnels ou simples spectateurs, n'hésitez pas à le consulter par un simple clic sur l'image ci-contre !

Nous vous attendons nombreux pour la prochaine représentation, mardi 6 octobre 2009 à 20h30 au Théâtre Jacques Brel de Champs-sur-Marne.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 16:10
articleatelierbligny.jpgParadoxe(s), c'est aussi le souci de diffuser auprès du plus grand nombre la création dramatique contemporaine. Ainsi, nous avons associé une classe de seconde du Lycée Marcel Pagnol d'Athis-Mons à notre premier spectacle, Le Mot "progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux (les photos de la première le 16 mai dernier seront en ligne très prochainement). A Charmoille, dans le Doubs, où Paradoxe(s) s'implante, nous allons rapidement développer des actions à destination de la population des villages de cette communauté de communes rurale où le théâtre a jusqu'ici été difficile d'accès.

Parmi les pistes que nous explorerons, nous nous inspirerons certainement du "café à écrire" que l'équipe du Théâtre de Bligny nous avait invités à diriger le 2 mai dernier, avec les habitants des environs (voir le message à ce sujet). En cliquant sur l'image ci-dessous ou sur ce lien, vous pourrez en savoir plus sur cette soirée mémorable grâce à un article paru dans Le Républicain de l'Essonne.

Un grand merci à tous les participants, aux responsables du Domaine de Soucy qui nous accueillait, et bien sûr à nos amis du Théâtre du Menteur, qui vivent en ce moment des jours difficiles au Théâtre de Bligny.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 16:06
Paradoxe(s) compagnie Paméla Ravassard et Henri Dalem
créera le 16 mai 2009 à 20h30 au Théâtre de Bligny

Le Mot "progrès" dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux
de Matéi Visniec

Mise en scène, masques et scénographie : Henri Dalem
Lumières : Guillaume Desmeytere
Vidéo : Virgile Pons

Avec Cécile Greinhofer, Paméla Ravassard, Laurent Labruyère, Garlan Le Martelot et Sébastien Libessart,
et la participation de Renaud Garnier, Raphaël Grillo, Jean-François Kopf et Adrien Melin.

Avec le soutien du Théâtre de Bligny, de la Région Franche-Comté, du Département du Doubs, de la Commune de Charmoille, de la Ville de Champs-sur-Marne et de l'Institut Culturel Roumain de Paris.

Quelque part en ex-Yougoslavie, un homme et une femme rentrent chez eux après plusieurs années d'exil. Le père creuse des trous partout. Il cherche les restes de son fils, tué dans les parages. Car la mère ne peut pas faire son deuil sans se recueillir sur une tombe. Alors le mort revient murmurer à ses parents les mots d'un passé qui ne passe pas. Cette pièce répond aux deux impératifs qui fondent le travail de Paradoxe(s): parler à la fois de nous - de quel autre matériau disposons-nous ? - et du monde qui nous entoure - sinon pourquoi monter sur scène ? Nous dévoiler tout en traitant du monde réel. C'est alors que peuvent naître un regard, une poétique, une théâtralité.

Plus d'infos sur le site du Théâtre de Bligny (tarif et plan d'accès) : http://www.theatre-de-bligny.com/pages/1-actu.html

Partager cet article

Repost0

Actualité

Prochaines représentations de Femmes de fermes les 4 et 5 novembre 2016 en Aveyron (toutes les dates dans le calendrier).

Recherche

Qu'est-ce que Paradoxe(s)

Bienvenue sur blog de Paradoxe(s), la compagnie dramatique fondée et dirigée par Paméla Ravassard et Henri Dalem. Notre compagnie, qui s'est fixée pour but l'exploration du répertoire contemporain, est soutenue par la Région Franche-Comté et le Département du Doubs.

RSS

Cliquez sur le logo pour vous abonner au flux RSS de Paradoxe(s) et recevoir de nos nouvelles à la publication de chaque nouveau billet.